Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

vendredi 26 avril 2013

LETTRE OUVERTE A GABRIEL EYEGHE EKOMIE “ sénateur Gabonais “




Objet : Une faute avouée est a moitié pardonnée.

Très cher Gabriel,

Nous sommes tous enfants de la même mère patrie, Gabon, voilà pourquoi j’ose me permettre d’utiliser un ton familier dans ma lettre car pour moi tu es un frère. Tu ne me connais certes pas mais comme des millions de personnes aujourd’hui à travers le monde, de présidents de la république à simples citoyens avions fait ta « connaissance » à cause de cette affaire d’accusation de commanditation de meurtre pour crime rituel. Mon frère moi je ne suis ni agent de police judiciaire encore moins  juge et ma foi m’interdit de juger les autres, je viens vers toi pas pour t’humilier voir même  t’insulter mais pour t’apporter mon soutien fraternel dans la dure épreuve que tu traverses avec ta famille quotidiennement bref…


Je ne crois pas que le Bwiti ou le Melane dont sont initiés la plupart des Fang de l’Estuaire  comme toi et surtout ceux de ta génération  soient les raisons des crimes rituels chez-nous… peut être dans certains cas isolés car en ce monde rien n’est impossible. Mais ne voulant pas m’éloigner des principaux buts de ma lettre de ce jour qui sont (1) de te faire réaliser que la victime ici c’est toi et (2) t’appeler à la confession si ce qui t’est reproché est fondé. La justice de ce monde parle de présomption d’innocence et moi j’y crois fermement.

Explorons ensemble mes principaux buts :

(1)    Tu es la victime car une loi non écrite dans la constitution de notre pays oblige à tous les hauts cadres de la république et aujourd’hui même à tous ceux ne répondant pas aux critères  d’appartenir à des loges et autres sociétés secrètes. Ces loges qui pour  nous citoyens lambdas sont  la source même des crimes rituels dont tu es actuellement l’un des accusés vedettes . Nos soupçons ou accusations sur ces loges ou sociétés secrètes sont naturellement nourris par une quasi « impunité » de ces ignobles crimes depuis plus de 46 ans et pire ses commanditaires ainsi que leurs gros bras sont par « miracle gabonais » toujours en liberté. Pour preuve :

-          De 1967 à 2009 : aucune commanditaire n’est  ni juge ni condamné « mandature présidentielle feu Omar BONGO ONDIMBA »

-          De 2009 à aujourd’hui 2013 : idem «  mandature présidentielle Ali BONGO ONDIMBA »

-          De 1967 à 2013 : aucun commanditaire emprisonné malgré les preuves dans certains cas «  pouvoir BONGO-PDG » soit 46 ans d’impunité.

(2)    Je respecte tes droits et veux croire en ton innocence jusqu’à l’ultime moment de la sentence du juge pour ton procès avenir. Mais, mon très cher frère je ne souhaite pas aussi que tu sois le mouton du sacrifice pour « blanchir » les vrais coupables de ces ignobles crimes chez-nous, je ne souhaite pas sauf si toi-même t’en est consentant que tu sois l’argué à la justice-injuste de notre Gabon là, juste pour dire au monde entier « la justice a fait librement son travail » par ta condamnation à une lourde peine a fin de « dévierger » les registres du tribunal par ton nom.

 Mon très cher frère une vérité avouée est a moitié pardonnée, alors parles pour te défendre, sauver ton honneur et ta dignité et que la justice soit faite dans cette honte nationale.

Aussi n’oublies pas que ton prénom Gabriel est aussi celui d’un Archange qui eut la lourde mission d’annoncer à la Vierge Marie qu’Elle portera en son sein le Messie, ce qui fait de l’Archange Gabriel le messager de Dieu par excellence et le porteur de messages importants. Mon frère,  sois aussi pour nous « ingrat  peuple » du Gabon ce messager qui viendra dévoiler au monde les raisons cachées qui on fait de toi un « commanditaire » de crimes rituels d’après ton principal accusateur. Parles   sans crainte du jugement de nous autres lâches,  mais en te rappeler de l’histoire de Saint Paul que beaucoup depuis des siècles sont fiers de porter le nom malgré ce qu’il fut avant sa conversion.

Mon très cher frère Gabriel,

Ta parole aujourd’hui peut avoir une puissance libératrice sur le peuple et notre pays le Gabon ainsi que sur toi-même et ta famille dont les regards accusateurs ne manquent pas au quotidien et sans omettre tous ces mots dits sur toi soit pas écrit ou soit verbalement… Ta responsabilité aujourd’hui plus qu’hier, est de préparer un avenir  serein aux tiens vu aussi ton âge tu en as vraiment l’obligation.  Mais entre nous frère et selon ta propre conscience , penses-tu les leurs garantir sur la voie que tu a souverainement choisi  ? Excuses-moi d’en douter.

Ne voulant pas être trop long et avant de te quitter, je veux simple encore te dire que le régime BONGO-PDG de 46 ans aujourd’hui auquel tu appartiens en tant  que membre, tire lentement et surement vers sa fin, ne sois pas un sacrifice inutile pour chercher à maintenir en vie ce qui est déjà fatalement sur le point de mourir. 


Citoyen-patriote








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire