Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

samedi 7 décembre 2013

Gabon - Elections locales 2013 : Pourquoi la fraude instituto-constitutionnelle du régime BONGO-PDG échouera le 14/12 ?


A l'Elysée, lors de l'ouverture du Sommet France Afrique sur la sécurité, le développement, la préservation de la planète, François HOLLANDE président de la république française - pays soupçonné d'imposer et de soutenir les dictatures du continent noir -  dans son discours aux chefs d'états africains vient  de lancer un appel fort aux peuples opprimés d'Afrique pour (1) défendre leur souveraine inspiration dans le choix des dirigeants et (2) garantir le soutien de son pays aux  peuples soumis  qui par des élections tentent de briser les chaines de l'oppression...



François HOLLANDE ( discours intégral  http://www.gabonlibre.com/Discours-de-Francois-Hollande-aux-chefs-d-Etats-africains_a23513.html )

[...]

"Mais l’engagement qui est le mien, l’engagement de la France, appelle aussi d’autres engagements venant de l’Afrique, et notamment des exigences de transparence et de bonne gouvernance. Chacun le sait ici. Ce sont les Etats qui garantissent le mieux les libertés les libertés publiques comme les libertés économiques qui attirent le plus l’investissement. C’est la démocratie, ce sont les droits de l’Homme qui constituent les meilleures armes pour la stabilité et la sécurité. Ils ne suffisent pas, mais ils sont aussi un moyen de répondre au désordre et également à l’inspiration des peuples. 

Depuis plusieurs années, le processus d’élections pluralistes en Afrique est devenu celui qui s’IMPOSE. Je le dis ici avec sincérité et franchise. C’est le seul possible. Il est irréversible et la France ne pourra pas admettre des régressions ou des manquements. 

De la même manière, les crimes les plus graves qui sont commis en Afrique, et il y en a. Je pense aux violences faites aux femmes, au crime organisé, à l’écrasement d’un certain nombre de peuples. Oui, il est légitime que les coupables puissent être jugés. Il y a une Cour pénale internationale, c’est son rôle, pour se prononcer sur de tels actes lorsque les justices nationales n’ont pas la capacité de le faire. Il faut faire confiance à la justice internationale.

[...]

Des conflits inter-religieux peuvent dégénérer et installer, dans cette Afrique centrale, des comportements et des phénomènes qui, pour l’instant, n’avaient pas leur place. Le Conseil de sécurité, et je salue ici le Secrétaire général des Nations Unies, BAN Ki-moon, 
vient de donner mandat à une force africaine pour rétablir l’ordre, protéger la population et assurer la stabilité pouvant conduire, ensuite, à des élections. Je dis bien à des élections, car 
tout processus doit conduire à des élections. Il n’y a pas de pays qui ne pourrait pas avoir lui aussi droit à pouvoir choisir ses dirigeants

[...]

Chers amis, 

Le Sommet d’aujourd’hui, à tous égards, est exceptionnel. Il est exceptionnel parce que nous nous réunissons au lendemain de la mort de Nelson MANDELA, cette figure qui nous rappelle à la fois l’émotion qui a été la nôtre lorsqu’il est sorti de prison et qu’il a accédé au pouvoir ; et aussi l’obligation qui doit être la nôtre de poursuivre le message de paix qu’il nous a délivré et de ne laisser aucun peuple dans la soumission, l’oppression, la dominationNotre Sommet est exceptionnel, par les sujets qui sont abordés la paix notamment et exceptionnel par votre participation. Toute l’Afrique est présente aujourd’hui, toute l’Afrique ! Avec sa diversité, avec ses multiples langues, avec ses développements parfois différents mais avec cette même ambition, d’être un continent uni, un continent fier, un continent solidaire." fin de citation.

Fort de ce qui précède pour nous qui avions perdu la foi à tous scrutins  dans notre pays le Gabon, car tous les précédents sans exceptions ont été strictement fraudés par les tenants du pouvoir du régime BONGO-PDG avec l'aide de toutes les institutions en charge de leur organisation et des publications officielles de leurs résultats, sans omettre la participation des forces de défense et de sécurité nationale pour mater la "résistance civile".

Pour le très prochain scrutin des locales du 14 décembre, nous appelons a une vraie mobilisation générale de toutes les forces vives de la nation pour imposer notre volonté dans cet important scrutin avenir.

Notre mot d'ordre (1) que ceux inscrits sur les listes électorales dites biométriques aillent tous massivement voter (2) que tous les citoyens en cas de fraude le 14 décembre prochain ou lors de la proclamation des résultats du scrutin manifestent pacifiquement dans toutes les rues de nos villes, selon le parfait exemple donné par  les scolaires des collèges et lycées pour faire invalider cette élection par la pression de la communauté internationale sur le pouvoir.

Que ce message soit le plus largement diffusé et soutenu par tous. Merci !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire