Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

lundi 9 décembre 2013

Gabon : Franck Jocktane "Ma position concernant les élections du 14 Décembre 2013."


Eddy Franck Jocktane
Your Challenges Reveal Great Potentials
Vos Défis Révélent Des Grands Potentiels
Moble 240 4240890




Je suis un démocrate, je crois sincèrement au pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple. Dans un pays normal, les élections devraient amener l’alternance politique. En politique, on parle d'alternance politique : « lorsque des partis appartenant à des courants politiques différents se succèdent au pouvoir. » Ce phénomène dans mon pays depuis la veille de notre indépendance ne s’est jamais concrétisé.


Au Gabon l’usurpation du pouvoir est de règle. Celui qui perd l’élection dirige le pays au détriment de tous ceux qui n’ont pas voté pour lui, et le vainqueur est écarté de la vie politique. Dans cette atmosphère,  j’ai fait le choix de ne pas participer aux élections en cours sachant très bien que les dés sont pipés.
Aujourd’hui j’ai des confrères politiciens qui ont décidé de participer aux processus électoral de 2013. En écartant toute possibilité de collaboration avec ce régime illégitime car leur position future dans le gouvernement sera de limiter les influences négatives de l’émergence sur la population.


Le Gabon se porte mal : « le pays est mal géré ».

 Pour sortir notre pays de la crise le droit doit être lu et la justice doit prévaloir. Le pouvoir doit être restauré au peuple Gabonais. Si pour une énième fois le PDG ose tripatouiller, il ne nous laissera pas d’autre choix que de récupérer le pouvoir usurpé par la pression de la rue sur toute l’étendue du territoire.

Le Gabon se porte mal : « le pouvoir usurpé converge sous l’autorité d’une seule personne (Ali Bongo Ondimba) »

Ali Bongo n’est pas légitime et il n’y a rien qu’il puisse faire pour se créer une légitimité. Donc chers PDGistes pour une fois jouez franc jeux soyez attentifs aux aspirations du « peuple Gabonais » et laissez le « peuple Gabonais »  choisira qui doit l’acheminer dans un Gabon prospère pour tous.

A ceux qui iront voter,  votez votre conscience, votez ce qui est juste et bon pour notre nation. Et à ceux qui décideront de ne pas voter soyez vigilants, observez attentivement le processus électoral, car quoi qu’il advienne ceux qui ont confisqué le pouvoir au « peuple souverain du Gabon  », tôt ou tard devront le lui rendre ou  à défaut la rue sera notre seule arme pour le récupérer.

Pour conclure j’aimerai souligner ce qui a été écrit  sur RFI  ce matin(1)  : « L’enjeu pour le pouvoir comme pour l’opposition est de remporter ce premier scrutin organisé dans le pays avec une liste électorale biométrique. Le vainqueur dirigera le Sénat dont le président assure l’intérim du chef de l’Etat en cas de vacance de pouvoir. Le scrutin est surtout un test avant la présidentielle de 2016. »


Vive le Gabon libre, plus juste, plus fort pour tous.


Fait à  Washington le 5 Décembre 2013

E. Franck Jocktane.


(1) 05/12/2013













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire