Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

dimanche 15 décembre 2013

Poème : Un cadeau du cœur.


A toi petit enfant, moi comme toi j’étais petit enfant ;
Enfant j’ai eu la grâce d’avoir mon père, ma mère, mes frères et sœurs ;
Enfant comme toi aujourd’hui mais que je ne serai plus jamais.


Plus jamais je ne pourrais corriger les erreurs de mon enfance,
Plus jamais je n’effacerais mes mauvaises actions d’hier nuisibles à mon moi d'aujourd’hui,
Plus jamais je n’aurais pour alibi-allié mon innocence.

Aujourd’hui petit enfant mes larmes sont le salaire de ma désobéissance infantile,
Aujourd’hui ma tristesse est l’ennemi qui hier se cachait dans mes parties ludiques infinissables,
Aujourd’hui mon âge donne raison aux coups de chicotes parentales.

Petit enfant, mon triste  sort d’aujourd’hui qui hier pouvait être exorcisé par un juste effort sur les papiers,
Je le subis en toute justice et me remet en sage d’aujourd’hui à la grâce de Dieu …
Je te supplie de te méfier de ton actuel insouciance infantile  futur souci de ton avenir d’adulte ;
Adulte c’est ta fatal destinée mais fatal ne doit pas être  tes actes d’aujourd’hui sur ton avenir.

Que le goût de l’effort allié du succès soit ton identité dès aujourd’hui,
Que la patience t’enseigne afin que tu sois diplômé de sa vertu,
Que de la vie, tu sois renseigné sur la vanité de toute chose mais que l’essentiel sert toujours à demain.

Enfant, mon cadeau pour toi aujourd’hui est mon triste et ridé de visage,
Qui comme un panneau de signalisation te prévient sur les dangers avenir.


Joyeux Noël 


de AVANE EVOUNG François Dimitri
écrit le 15/12/2013 loin de chez moi.










2 commentaires: