Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

vendredi 17 janvier 2014

Gabon : Ali BONGO ONDIMBA, un menteur qui "mentit"...



Et la vérité le rattrapa dans sa course

REPORTERS SANS FRONTIÈRES RÉAGIT AUX VŒUX PRÉSENTÉS À LA PRESSE

PUBLIÉ LE JEUDI 16 JANVIER 2014.
Sources : http://fr.rsf.org/gabon-reporters-sans-frontieres-reagit-16-01-2014,45738.html



   
Reporters sans frontières exprime sa surprise concernant les propos du président gabonais Ali Bongo lors de ses vœux à la presse le samedi 11 janvier 2013. Selon plusieurs organes de presse, le chef de l’Etat a affirmé en substance que RSF a apporté un "appui technique" et a "participé" à la conception du code de la communication actuellement en cours d’élaboration. Cette version est erronée. La comparaison entre le contenu officiel du discours présidentiel envoyé à RSF et les témoignages des journalistes présents à la cérémonie font apparaître que, lors de son allocution, le président Bongo est allé plus loin que le texte écrit.

"Reporters sans frontières n’est actuellement pas associée à la rédaction d’un nouveau code de la communication. Après avoir étudié en avril 2013 le projet de loi portant réforme du Code de la communication de 2001 et demandé son abrogation, RSF n’a jamais été saisie d’une nouvelle mouture du texte. Nous souhaitons que la présidence gabonaise clarifie les propos tenus lors des vœux à la presse", a déclaré l’organisation de défense de la liberté de l’information.

En février 2013, RSF a conduit une mission à Libreville au cours de laquelle le secrétaire général et le responsable Afrique de l’organisation ont rencontré les ministres de l’Intérieur et de la Communication ainsi que le président Ali Bongo. A l’issue de celle-ci, RSF a publié plusieurs préconisations. Le 29 avril 2013, RSF a envoyé une note aux autorités gabonaises contenant des recommandations précises, soulignant que "le projet de loi constitue un danger d’autant plus important qu’il prétend être une avancée mais n’en est pas une. Sur la forme, ce projet de loi n’est pas satisfaisant. Une réelle réforme et révision du Code de la communication pour une mise en conformité avec les engagements internationaux de la République gabonaise impliquerait une refonte totale du texte législatif existant". Le 27 mai, RSF recevait à Paris une délégation de la présidence gabonaise au cours de laquelle l’organisation réitérait la nécessité de revoir la loi dans son intégralité et de convoquer des Etats généraux de la communication afin de garantir un consensus autour du texte.

Dès lors qu’un nouveau projet de loi aura été rédigé par les autorités gabonaises, en accord avec la recommandation principale faite par RSF, l’organisation sera prête à participer aux Etats généraux organisés au Gabon, en collaboration avec d’autres ONG, les organisations internationales, les journalistes et les autres membres de la société civile.


Erratum: Un menteur qui mentit - Un menteur qui ment.




 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire