Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

jeudi 30 janvier 2014

Gabon : Crime rituel OUI ou NON ?




Article de Jonas Moulenda

Découverte macabre

Le corps d’une adolescente emballé dans un sac retrouvé dans la Nomba

VISION d’horreur, ce mercredi après-midi, à la frontière entre Libreville et Owendo, dans la province de l'Estuaire.


Le corps d’une adolescente de 15 ans, Adonis Etsuigue Mateba, a été retrouvé emballé dans un gros sac en plastique trempé dans la rivière Nomba, qui traverse la zone. 

Selon des témoignages concordants, la macabre découverte a été faite par un pêcheur, qui a ensuite alerté les autorités judiciaires et le voisinage. Le corps se trouvait déjà en état de décomposition avancée mais il présentait des traces de violence.

La jeune fille était domiciliée à Soduco-Poubelle. Elle recherchée par ses parents depuis samedi soir. Ce jour-là, a indiqué une source familiale, la jeune Adonis Etchuigue Mateba, s’était enfermée dans la chambre de ses parents, absents de la maison.

Pour déjouer la vigilance de son aîné Edgard Azouzet, 22 ans, qui veillait sur toute la fratrie, la jeune fille était sortie par la fenêtre après une longue conversation téléphonique. 

Intrigué, son aîné s’est mis à la rechercher dans le quartier et au-delà. En vain. Lorsque sa mère l’a jointe au téléphone vers 1 heures du matin, l’adolescente aurait indiqué se trouver chez le boutiquier du quartier. Sommée de rentrer, elle aurait répondu qu’elle allait obtempérer.

Mais elle n’a pas regagné son domicile familial. Elle est restée introuvable malgré les nombreux avis de recherches lancés par sa famille. Ce n’est que ce mercredi après-midi que le corps en putréfaction de la jeune fille a été retrouvé à proximité du pont sur la Nomba. 
Les premières personnes à avoir accouru sur le lieu de la macabre découverte ont déclaré que le corps de la jeune Adonis Etsuigue Mateba présentait des signes de mutilation. 

S’agit-il d’un autre crime rituel ou d’un assassinat commis par des hommes qui la connaissaient, qui l’auraient au préalable violée, et qui l’auraient éliminée pour qu’elle ne le dénonce pas ?

Le parquet de Libreville a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes du décès de la jeune fille. Déjà, la zone située derrière la Cour des comptes est présentée comme un pandémonium. Des bandits y agresseraient régulièrement des passants dès la nuit tombée.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire