Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

dimanche 26 janvier 2014

Gabon - Pouvoir : Stratégie de pérennisation du système BONGO-PDG.


D' Omar Bongo Ondimba à Ali Bongo Ondimba/PDG/ stratégie de pérennisation d'un système au pouvoir/ le Poste de
 premier ministre.

Article de Junior EBONG TCHISSAMBO
Publié le 25 janvier 2014, 22:18
Source : https://www.facebook.com/notes/junior-ebong-tchissambo/d-omar-bongo-ondimba-%C3%A0-ali-bongo-ondimbapdg-strat%C3%A9gie-de-p%C3%A9rennisation-dun-syst%C3%A8/10200578820392290


Pourquoi le Grand-Nord? Pourquoi les Fang/Ekang au poste de premier ministre au Gabon?


Même les occidentaux, principalement la "métropole" de France, n'arrivent pas à comprendre la science politique version gabonaise qu'à instaurer Omar Bongo Ondimba et le succès de ses 42 ans de pouvoir dont plus de deux mandants usurpés après l'avènement du multipartisme et l'instauration de la "Démocratie".

En effet, le géo-politisation du pays à contribué à baigner notre pays dans le repli identitaire, à la considération de l'appartenance éthique ou clanique, tuant tout espoir de soulèvement de la population, du fait que chaque province regorgeait en son sein un doyen politique, un membre de chaque village ou regroupement de village, d'un district, d'un département ou d'un canton à l'intérieur de la classe politique dirigeante, et jouissait du miel qui était redistribué d'une manière ou d'une autre.

A priori, cette démarche de gestion géo-politisée du pouvoir, a été savamment et murement pensée par le pouvoir et PDG et Jacques Foccart ( Mister Afrique, ) depuis plusieurs années. Sachant que l'ethnie Ekang représentait plus du 1/3 de la population totale, et que il y aurait une règle non-écrite qui dit que les Ekang ne prendront plus jamais le pouvoir au Gabon du moins en tant que Président de la République ( selon certaines sources autorisées, le premier Président Léon Mba Minkoh aurait dit avant sa mort que le peuple Ekang est mauvais).

Il a donc fallu qu'ils pensent et trouvent le moyen de faire en sorte qu'ils(les fang) ne se contentent que du poste de premier ministre. Nous aurons cru entendre qu'il faut mettre l'homme qu'il faut à la place qu'il faut, nous n'en disconvenions pas. Mais, est-ce que cela qui est véritablement appliqué? nous avons cru entendre qu'il faut du sang neuf. Pourquoi le pouvoir usurpateur,politico- amateuriste d'Ali Bongo se comporte avec de telles pratiques d'un autre âge. Cette oxymore appelé "Le changement dans la continuité" est une mascarade politique teintée de manipulation des consciences, et nous vivons actuellement cette duperie qui ne dit pas son nom sans que le Président des slogans "ABO" qui la prône, ne daigne en donner la quintessence.

Si ce mythomane d'Ali Bongo Ondimba était un homme de parole en dépit des fausses promesses liées à la construction des 5000 logements par an, nous ne verrions plus des vieux crocodiles comme Daniel Ona Ondo, Paul Biyoghé Mba, Guy Nzouba Ndama, Marie Madeleine Mbourantso, pour ne citer que ceux là, occuper des hautes fonctions dans notre pays. Par conséquent, Le Gabon est un état voyou: gestion sectaire d'une classe qui veut s'éterniser coute que coute au pouvoir, des oligarques qui se partagent le gâteau "Gabon"( Biens Mal Acquis) avec la France et ses dessous et autres accords secrets.

En clair , la raison inavouée, subtile et stratégique du pouvoir Bongo-PDG est de faire en sorte qu'en cas de positionnement d'un Ekang aux présidentielles, la marionnette qui est le premier ministre appartenant à la ma majorité, étouffe ou empêche que les suffrages des Fang en général ne partent chez le potentiel futur candidat aux présidentielles issu de cet ethnie.

L' ethnie Fang est l'ethnie la plus redoutée par la France et le pouvoir PDG-Bongo et elle l'a encore démontré lors des dernières échéances électorales. Ahh la pol' étique( politique), sans éthique, sans scrupule. Les architectes de ce système sont des génies: diviser pour mieux régner, et le comble c'est que le peuple tombe dans leur jeux.

Le Gabon est entrain ou est même déjà un pays monarchiste , bien que pas formellement édicté.

Attention: 2016 pointe à l'horizon,
 2016+7= 2023, 2023+7=2030...

Si nous ne faisons pas attention, le rêve gabonais sera à jamais enterré.


Article 35 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et du citoyen:" Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple et pour une portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs"

La voie des urnes ne semble pas être une alternative sûr pour venir à bout de notre oppresseur, nous disons à haute voix:" la rue, la rue, toujours la rue et encore la rue"

                                                                                            Réveillons nous !!!





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire