Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

mardi 21 janvier 2014

Gabon : Quand un conseiller d'Ali Bongo prône la haine contre les Juifs sunnites du Woleu-Ntem.




Article de Marcel DJABIOH
Publié le 21 Janvier 2014 
Source : http://mure-tabe.overblog.com/2014/01/quand-un-conseiller-d-ali-bongo-pr%C3%B4ne-la-haine-contre-les-juifs-sunnites-du-woleu-ntem.html


Michel Ogandaga allias Toki, un des conseillers d'Ali Bongo ne pouvait certainement pas rater cette occasion de prouver son entier dévouement, au parti dont a hérité son patron. Pour cela, il a carrément mué en nazi et, tel un procureur devant une cour martial, monsieur a plaidé en faveur de trois sanctions sévères contre les juifs sunnites du Woleu-Ntem.

Pour avoir commis le sacrilège de choisir en toute âme et conscience, un gabonais non pédégiste qu'ils ont jugé apte à assurer la présidence de leur conseil départemental pour l'intérêt général, certains compatriotes auraient selon lui, posé un acte de haute trahison et sont passibles de mort par privation de revenus et de moyens de subsistance.

Quand on sait que le vote, même celui des grands électeurs est secret, Il ne restera aux salafous émergents, qu'à envoyer dans une chambre à gaz, tous les conseillers pédégistes ayant pris part à un vote favorable à un gabonais non pédégiste. A moins de les faire passer à tour de rôle, au détecteur de mensonge, il y a lieu de se poser la question de savoir comment les salafous s'y prendront pour savoir qui a fait quoi, sans courir le risque de buter même les plus soumis !

A ce qu'il semble, pour ce conseiller d'Ali Bongo, céder la gestion d'une collectivité locale à un compatriote non pédégiste qui inspire confiance à la majorité des conseillers et leur apparait capable d'apporter un plus au développement de leur localité, serait un acte de très haute trahison. Mais, tous comptes faits, qui des populations qui ont donné mandat à ces conseillers pour délibérer sur les questions de leur collectivité ou des partis politiques qui les ont investi, se sentiraient trahis en cas de mauvaise gestion due au mauvais choix d'un président de conseil départemental ou municipal ?

A qui ces conseillers devront ils rendre comptes de leur gestion ? Aux populations de leurs localités ou aux partis politiques les ayant investi comme candidats aux élections locales ?

Et le salafou de tenir un discours aux odeurs de régionalisme, qui flirte avec le tribalisme que son patron prétend vouloir combattre, en indexant toute une province du Gabon. "Cette province (Woleu-Ntem) a toujours été le bastion du judaïsme, antichambre du salafisme". Et toc ! Monsieur aurait-il dit tout haut ce que son patron et bien d'autres pensent tout bas des ressortissants de cette province, avant de réaliser un peu tard, qu'il venait de révéler aux gabonais, une des idées qui circulent dans certains couloirs de la présidence de la République gabonaise ? Incapable d'assumer son propos, il s'est vite empresser de supprimer ce post fumant et puant qui en dit long de son mur.

Trop tard, le salafou de Toki le petit bâtard, a déjà édifié les gabonais. Bravo Toki !!!




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire