Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

vendredi 24 janvier 2014

Gabon - Tribalisme : Un conseiller d'Ali BONGO ONDIMBA menace la paix du pays.




Le Gabon est-il encore un pays de paix ? Voici la goûte d'eau qui peut venir faire 
déborder le vase de l'Union et 
de la Concorde Nationale.



Ces propos plus haut sont de Michel OGANDAGA actuel conseiller d'Ali BONGO ONDIMBA président déclaré du Gabon et président du parti démocratique gabonais ( PDG ) postés sur sa page Facebook.


 Et comme on pouvait s'y attendre : "Nous ne pouvons plus laisser de tels propos comme ceux tenus par Michel Ogandaga se tenir sans réagir. C'est du tribalisme et c'est punissable par la loi. Dès les prochains jours je déposerais plainte devant les tribunaux. De simple réactions ne suffissent pas, il doit être condamne pour incitation à la haine contre l'ethnie Fang." tel fut la réaction de madame Estelle ONDO sur sa propre page Facebook.


Michel OGANDAGA mesurait-il la portée de ses propos de militantiste contrarié ? Ou faisait-il seulement "émerger"  la pensée  de son patron Ali BONGO ONDIMBA ? Car chez le peuple Fang, lorsqu'un enfant utilise des injures, c'est qu'il les apprisse des personnes adultes...

Aussi par ce post sur son mur Facebook, le vrai PDGiste Michel OGANDAGA vient aussi d'apporter au monde entier la preuve que le Gabon est encore un pays en 2014 sous un régime dictatorial dont les votes  des citoyens ne sont pas libres et que ces derniers courent les risques des sanctions punitives en cas d'infidélité dans les urnes au parti au pouvoir depuis 1967 par son illustre président fondateur  feu Omar BONGO ONDIMBA. 

Dans les prochaines jours, nous publierons la plainte de madame Estelle ONDO tout en vous informant des derniers développement de ce dossier qui pourrait menacer la paix au Gabon.

N.B : A ce jour, la plainte n'a pas encore été déposée au tribunal de Libreville par la plaignante .


















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire