Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

vendredi 17 janvier 2014

Le Gabon à l’heure du rassemblement des forces vives en vue de 2016.




Article de  Moctar NZAKA PODI


Libreville, le 17 janvier 2014 - Nul n’ignore qu’au Gabon en 2016, le Président de la République aura besoin de toutes les forces vives de son camp politique et des provinces qui lui sont historiquement acquises, à commencer par le Haut Ogooué et l’Ogooué-Lolo, dont le département de Mulundu où ils transpirent des échos de frustrations et de marginalisation de certaines contrées et communautés locales.


A deux ans de l’échéance de 2016, le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba a donc intérêt à regarder de près le type de politique qu’y mène les cadres qu’il a choisi pour mener à bien sa politique de développement et de partage.

En effet, s’il a fait confiance à certains cadres, il est normal et de bon procédé politique qu’en retour ceux-ci lui rendent l’ascenseur en mettant en œuvre tout ce qui est nécessaire à sa réélection en 2016. D’où que les cris de détresses et cris d’alarmes tels qu’ils fusent de certaines catégories de populations des contrées de notre terroir traduirait les manquements des politiques menées par les cadres du PDG dans ces contrées reculées.

De sorte que d’après certains observateurs, plusieurs cadres nommés à des postes de responsabilité dans l’appareil d’Etat ou dans le Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) n’agissent pas en rassembleur, à savoir, ceux qui s’entourent de toutes les franges de communautés et contrées de leurs circonscriptions politiques.

Le risque étant que si ces situations perduraient, ces franges des populations s’éloigneraient progressivement et inexorablement du camp présidentiel jusqu’au moment fatidique de 2016. D’où que le chef de l’Etat doit prendre ses responsabilités pour corriger cet état de fait compromettant pour ses suffrages en 2016 dans ces communes, cantons et localités du pays parce que sa politique de partage y serait galvaudée et tronquée.

En effet, le partage qui s’entendrait de l’emploi et de la promotion de toutes les populations de la contrée et non des seuls parents des responsables politiques. Au point qu’aujourd’hui elles n’hésitent plus à crier leurs frustrations comme c’est le cas à Mulundu où certaines contrées seraient abandonnés des responsables politiques nommés par le ‘’distingué camarade président’’. 

A l’origine, à y regarder de près dans l’histoire de ce département et la chronobiologie des successions politiques qui s’y sont observées, il semblerait que le premier siège de députation de Mulundu soit depuis belle lurette la chasse gardée de personnes partageant des liens de famille et qui selon les époques de l’histoire politique se sont, d’une manière ou d’une autre, passés les rennes du leadership politique. A l’instar de Mouvaga Tsioba, Vice premier ministre sous le parti unique, Missambo, ministre d’Etat après 1990, Patrice Tonda, Bundoukou Latha et Régis Immongaut, ministre de l’actuel régime de l’émergence. Au troisième siège de Mulundu, on cite un certain Simplice Guedé Manzela qui aurait pendant qu’il tronait encore comme secrétaire Général du PDG, l’unique chance des populations de cette partie du département.

Mais au deuxième siège, on ne trouverait aucun grand nom de l’histoire politique du Gabon, si ce n’est celui d’un certain Etienne Madiba, un administrateur civil du temps des indépendances ou d’un Sidoine Mougnon, ancien commis de l’Etat aujourd’hui décédé. De sorte que les populations dans ce siège, se sentiraient lésées dans le cadre de la politique de promotion des cadre à Mulundu qui laisse la part belle au 1er siège, dont les fils ont jusque là détenu le leadership politique départemental qu’incarne aujourd’hui Régis Immongault.

Source : Falonne Ostylmovaldo
https://www.facebook.com/groups/2012president/permalink/587628864650734/







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire