Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

mardi 25 février 2014

Gabon : Encore Marie-madeleine Mborantsuo, présidente de la CC !







L'honneur de Mborantsuo est plus
 important que celui du peuple gabonais 
Marie-madeleine Mborantsuo

Ecrit par Jean de Dieu Ndoutoum-Eyi
Source : http://jp-rougou.blogspot.it/2014/02/gabon-lhonneur-de-mborantsuo-est-plus.html

Décidément, Mme le président de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsuo, ne se prend pas pour l’épaisseur de poil de mouche. C’est une personnalité bien trop importante qui fait et défait les élus. Son honneur, par conséquent, vaut plus que l’honneur du Peuple gabonais tout entier qu’elle écrase de ses talonnettes depuis 1993, scrutin après scrutin. Pour ne l’avoir pas compris, notre confrère Jonas Moulenda, qui l’a rappelé à un peu plus d’équité à travers une lettre ouverte, l’a appris à ses dépens.


Le téméraire pisse-copie a pris six ans d’inéligibilité pour délit d’« outrage à magistrat ». Franchement, pour qui se prend cette gnome ? Hein, Mademoiselle Mborantsuo, pour qui vous prenez-vous ? Est-ce parce que les Gabonais sont pacifiques que vous vous permettez de tels abus ? Ne vous méprenez surtout pas, car comme le dit la sagesse, « les eaux calmes sont les plus dangereuses ». Et vous risquez de vous en rendre compte très vite. Les Gabonais commencent à en avoir assez de votre arrogance. Oui, nous sommes capables de nous livrer à vous pour que vous nous condamniez tous. Ou, au besoin, que vous nous fassiez exécuter en face d’Hollando. Comme le faisait faire vote défunt copain, Omar Bongo. Trop, ça commence à devenir trop !

Quand vous avez décidé de confier d’autorité le marché de la démolition de l’ancien siège de la Cour constitutionnelle à votre fils, fonctionnaire (donc interdit par la loi de faire les affaires), en violation du code des marchés publics, ce n’était pas un « outrage au Peuple gabonais » au nom de qui les lois sont votées ? Quand on lui a attribué, toujours de gré à gré, le marché de construction du lycée technique de Port-Gentil (un prêt de la BAD sur 20 ans), il prend l’argent et ne réalise pas le projet, ce n’est pas un « outrage au contribuable gabonais » à qui appartient cet argent et dont les enfants devraient rembourser ledit prêt ? Lorsque vous imposez que le même (décidément !), importateur de la marque Volvo, fournisse les véhicules aux conseillers membres de la Courconstitutionnelle, qu’il livre à peine quelques-unes, mais n’exécute pas totalement le marché alors qu’il a entièrement été payé, c’est « outrage » à qui ?

Quand vous-même, Mborantsuo, vous faites louer vos immeubles à l’Etat pour en faire les sièges de la Cour constitutionnelle et de l’Arcep, sans avoir peur de tomber sous le coup de la loi (prise illégale d’intérêts), c’est « outrage » à qui ? Lorsque l’on se rend compte que la même société, Kotor, à laquelle vous avez confié les travaux de construction du siège de la Cour constitutionnelle, est la même qui effectue des travaux au lycée Berthe et Jean, dont vous êtes propriétaire, sans que l’on sache si ce n’est pas avec l’argent de l’Etat, c’est « outrage » à qui ? Quand, en violation flagrante de la loi, vous êtes propriétaire d’une société civile immobilière, ainsi que l’a démontré avec preuves notre confrère « Nku le Messager », c’est « outrage » à qui ? Lorsque vous souillez l’image du Gabon à l’extérieur en avalisant des coups d’Etat électoraux, ce n’est pas un « outrage au Peuple gabonais », au nom duquel vous rendez vos décisions ?

Comme vous pensez que le Gabon vous appartient, que malgré tout le mal que vous faites à ce pays, rien ne vous est arrivé et rien ne vous arrivera même en vous en prenant violemment aux journalistes, nous allons nous organiser pour vous demander des comptes. C’est le moment pour vous de dire clairement aux Gabonais qui vous a offert ce pays comme cadeau.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire