Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

lundi 3 février 2014

LES CHRONIQUES DE PAMPHILE : BO-JEU



BO-JEU (personnage fictif)
Par Pamphile OBIANG OBAME

Chapitre 1er

MA VIE. 

Oui, je suis un être exceptionnel. Martyrisé par mes nombreuses chutes spectaculaires, dues à mes doses quotidiennes de Pastis et de Kaî-Kaî...quoi c’est ? Vous ne connaissez pas cette douce boisson qui brûle agréablement la gorge ? C’est une liqueur spécialement importé du Nigeria. Fabriqué dans des tonneaux rouillés, elle est très appréciée par les avares. Le ciel est gris. L’air est frais. Mon estomac commence à réclamé sa pitance, tel un bébé vampire en manque de sang. Les bruits de la ville me parviennent au loin. Il est onze heures du matin.


A 45 ans, sans enfants et célibataire, je vis au jour le jour. Pour l’instant, je crèche chez mon ex beau-frère, un certain Gaétan le Magnifique. Un bon petit débrouillard. Il loue un studio d’une chambre-salon-cuisine-douche-W.C. J’ai connu sa petite sœur lorsque je « farotais » six ans plus tôt. Souvent, il me chasse quand je reviens de mon « boulot » à 4 heures du matin. Peut être à cause de mon parfum. Cette odeur si particulière qui nous est propre. C’est un subtil mélange de sueur, d’alcool, de cigarette et de tampi-tampi. Les connaisseurs se reconnaîtront. Je ne suis pas un enfant pour me forcer à prendre un bain. C’est pourquoi, j’ai décidé de dormir au salon.

La bouche pâteuse, je suis encore un peu abruti par mon excellente soirée passé avec les copains Chez ‘’Mama Duvin’’, une femme forte de 125 kilos, qui sert la dose à 25 FCFA. Elle fait notre bonheur et celui de notre santé. Vous imaginez comment serait mon état si je lui dis de me servir pour 500 FCFA…Je n’ose me regarder dans un miroir, tellement je connais les moindres recoins de ma face décharnée...

(A suivre)








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire