Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

jeudi 24 avril 2014

Gabon : Un criminel comme premier ministre ?











Notre petit El Hadj Ali'9 est-il 
 POUR ou contre les crimes rituels ?

« ....Mon engagement contre la barbarie n’est pas un fait nouveau. J’ai moi-même parrainé en 2005, alors que j’étais ministre de la Défense, une rencontre organisée par l’Unesco contre les crimes rituels en Afrique centrale. Les crimes qui ont été commis n’auraient jamais du être restés impunis et ils ne le resteront pas. Je veux dire haut et fort, que tous ceux qui ont enlevé la vie à autrui seront punis avec toute la rigueur de la loi » extrait discours de notre petit El Hadj Ali'9 le 11 mai 2013 après la marche de l'A.L.C.R. associée à son épouse Sylvia contre les crimes rituels.
 

Le 24 janvier dernier, soit 8 mois après ce discours historique,  grande fut notre étonnement  par la promotion du professeur Daniel Ona Ondo comme premier ministre chef du gouvernement des émergents PDGistes au vu de ce qui suit.

Lu au cours de l’audience par le président du tribunal, la synthèse de Confidentiel Gabon, publiée le 10 janvier 2011 sous le titre « Daniel Ona Ondo et l’assassin récalcitrant », indique : «Lors des législatives 2001, le professeur Daniel Ona Ondo, alors candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) et actuel Premier vice-président de l’Assemblée nationale ( au moment la publication de cet article le 11 avril 2012), avait été mis en ballotage défavorable par un candidat du Rassemblement national des bûcherons (RNB), un certain Ondzigui qui avait alors raflé 42% des voix contre 27% pour l’universitaire. Deux jours avant le second tour, sieur Ondzigui fut assassiné sur la route Medoumou/Akok et son corps jeté dans un cours d’eau. Sans concurrent, Ona Ondo remporta le siège. Se présentant comme l’un des assassins, un certain Mbore Medzeghe s’est dernièrement confessé auprès de la veuve Ondzigui avant de se répéter devant une assemblée de témoins. L’assassin a dénoncé son complice et révélé que Ona Ondo était le commanditaire du crime. La veuve a donc porté plainte et les assassins ont été entendus sur procès-verbal. Depuis la veuve subi une pression de la part de son grand frère, un certain Ngou, collaborateur du présumé commanditaire du crime. La veuve Ondzigui, ses enfants et nièces ne veulent rien entendre. Le Pr Ona Ondo tient à ce que l’affaire ne fasse pas grand bruit. Il a un antécédent en matière de meurtre pour avoir abattu, par le passé, son propre frère pour une banale affaire de gibier.»

A quel niveau ce situe cette plainte de dame feu Ondzigui afin que la justice punisse ou blanchisse les personnes soupçonnées conformément au discours du 11 mai de l'an dernier  ?


Au Gabon, la prison à perpétuité ou liberté
 "à perpétuité" pour les criminels  ?

 SVP réécoutez ce discours. Merci.

Le crime commis sur feu Ondzigui
 restera t'il  impuni ?

Source : http://gabonreview.com/blog/daniel-ona-ondo-la-presse-et-les-assassins-bavards/


GABON EMERGENT = JUSTICE AUSSI
n'est pas !











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire