Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

lundi 5 mai 2014

Gabon : Communiqué de Junior Ebong Tchissambo.











COMMUNIQUE DE PRESSE

Présidence de la République/ CNC/ MEDIAS PUBLICS ET PRIVES/ PEUPLE GABONAIS/ REPRESENTATIONS DIPLOMATIQUES

Le Gabon en danger!!! ALI BONGO PRÉPARE SON PROCHAIN GÉNOCIDE EN 2016 / SGS milice?

De sources locales et extérieures sûres et concordantes, ainsi que de témoins d'une conversation entre militaires français, confirmant les suspicions et accusations portées contre la Société Gabonaise de Sécurité en abrégée SGS qui, d'après ces sources, serait avec d’autres prétendues sociétés de gardiennage à l’exemple de DMT, une milice chargée d’exécuter le génocide programmé par Ali Bongo en 2016, au cas où l'armée gabonaise refuserait lui obéir.

En effet, au vu de ces renseignements crédibles dont nous réalisons la gravité, la SGS serait en train d'engager de plus en plus d'expatriés par centaine au minimum et ce chaque mois. Le régime autoritariste, tyrannique, inique et violent d'Ali Bongo, ne sachant plus à quel saint se vouer devant les démissions en cascade des anciens cadres du PDG/ majorité présidentielle qui l’ont fait roi et qui rejoignent les rangs de l'opposition en vue de consolider le combat pour une réelle démocratisation du Gabon, il semble que la peur change de camp. 

Tous chemins menant à Rome. Ali Bongo conscient du fait que ses chances sont minimes pour remporter la prochaine élection présidentielle, suite à un sondage; aurait décidé avec l'appui de sa légion étrangères et d'autres ennemis de la République à l'instar des actuelles ministres de l'intérieur et de la défense, de renforcer les effectifs de la société privée de sécurité, SGS.

Inutile de rappeler par quels moyens, Ali Bongo s'était imposé au pouvoir lors de la précédente élection présidentielle, avec l'appui de la CENAP, du ministère de l'intérieur, de l'armée et du saint des saints, le président de la Cour Constitutionnel, Marie-Madeleine Mborantsou ( premier grand voyou de l'état voyou du Gabon).

Après que la preuve du génocide post-électoral de 2009 ait été exposée par M. Claude Guéant devant les médias internationaux.
Pour ses amis et lui, la philosophie est celle-ci :" Il n'est pas question de laisser le pouvoir et il faut à tout prix s’y maintenir ". Le coup de l'ouverture des frontières en vu d’octroyer la nationalité gabonaise à tout vent, pour grossir le fichier électoral en leur faveur ayant raté, l’usage de la force reste leur unique et impérative voie, pour atteindre leur objectif. Comment comprendre que des militaires français pourtant bien payés, puisse démissionner de leur armée pour travailler dans une société de gardiennage au Gabon ? Bizarre, vous avez dit bizarre, comme c'est bizarre !!!

Comment alors comprendre également que la SGS recrute des expatriés (hommes et femmes) ainsi que d’anciennes infirmières gabonaises ou non ?

Les forces de défense et de sécurité gabonaises, généralement au service du pouvoir, serait-elles soupçonnées pour le fait quelle se soient rendues compte du danger que représente Ali pour le Gabon, de part son mutisme face à l'incitation à la haine ethnique ( Cf. Michel Ogandaga, conseiller, Tuez-les tous) qui a fidèlement véhiculé la pensée de son chef) ? Les tensions sociales, les mouvements d'humeur et les contestations de tous genres, mais surtout la plausible unification de l'opposition pour le principe d’une candidature unique; pouvant être le véritable salut de libération du Gabon du joug oppressif d'un pouvoir unique et imposteur seraient-il à l’origine de ce dessein machiavélique ?

Junior Ebong Tchissambo







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire