Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

jeudi 8 mai 2014

Gabon - Crimes rituels : BOUSSOUGOU une victime de plus.




Crime rituel

Par Jonas MOULENDA

Un homme dépecé et vidé de son sang à vif près de Moulengui-Bindza «BOUSSOUGOU, mumbariye dimbokili ? Diambu yi nziduvage ? (Boussougou, pourquoi me tuez-vous ? Que vous ai-je fait ?) » Cette supplication d’un homme d’une soixantaine d’années, Sylvestre Mounombi Nzamba, à l’endroit de ses bourreaux, Florent Boussougou Mouketou et Mihindou Mvoubou, tous deux quadragénaires, s’est révélée vaine.


Les deux hommes ont percé le corps de leur victime à l’aide d’un couteau et lui ont soutiré du sang à vif. L’acte sanguinaire a eu lieu, la semaine dernière, à Maraïvessa, bourgade située près de Moulengui-Bindza, le chef-lieu du département de Mongo (province de la Nyanga.)

Le corps exsangue du supplicié a été retrouvé dans un ruisseau où les lampistes l’ont jeté pour simuler une noyade. Les exécutants du crime rituel auraient reçu une somme de 1,5 millions de F CFA pour commettre leur basse besogne.

Ils ont été interpellés par la brigade de gendarmerie de Moulengui-Bindza et placés en détention en garde en vue. Au terme de l’enquête préliminaire, ils ont été présentés devant le parquet de la République, qui les a ensuite écroués à la maison d’arrêt de Tchibanga.

Un fonctionnaire retraité du ministère des Finances, présenté comme commanditaire du crime, a été arrêté à Libreville puis transféré mardi à Tchibanga. Mais les enquêteurs estiment qu’il ne serait qu’un démarcheur. Une grosse légume serait derrière ce crime effroyable. ( Pour plus d’infos, lire le Journal FAITS DIVERS de vendredi prochain.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire