Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

jeudi 15 mai 2014

Gabon - Opposition : lettre de démenti du MESP par Dr MOUANGA MBADINGA...





Mouvement d’Emancipation Libreville, le 21/04/2014
Socialiste du Peuple (MESP)
B.P : 1417
Tel : 07.40.61.11 / 06.26.08.73


Lettre à l’adresse du Peuple du Gabon
 et des organes de presse.


Démenti par rapport aux assertions du Journal "L’UNION" sur le Mouvement d’Emancipation Socialiste du Peuple(MESP).

Dans « Tribune des partis politiques » de sa livraison n°11509 du mercredi 16 et jeudi 17 du mois d’avril 2014, l’Union entreprend une critique en règle de "l’égocentrisme" et de "l’égoïsme" de "l’opposition gabonaise", "scindée en plusieurs petits groupes" et qui a du mal à accorder ses violons pour la désignation de ses représentants au sein de la Commission Electorale Nationale, Autonome et Permanente (CENAP). Elle désigne comme manifestation de cet "égocentrisme" et de cet "égoïsme" le fait qu’au lieu d’une liste unique et consensuelle de trois représentants de l’ensemble de l’opposition, le Président reconduit de la CENAP ait plutôt reçu trois listes de trois membres chacune et constituées par trois groupes des partis animés par la passion « des rétributions financières mensuelles dont la CENAP sait être généreuse ». (sic)
Et "l’UNION", à en juger par ce qu’elle dit d’elle-même, est sûre et certaine d’avancer de telles assertions, sur la base "d’informations fiables" et, par voie de conséquence, "d’éclairer la lanterne de l’opinion" sur les mobiles de la division de l’opposition.


Or, de constat, s’agissant d’une des listes de l’opposition actuellement sur la table du Président de la CENAP, de la troisième et dernière liste en l’occurrence, attribuer sa paternité au « leader du MESP, MOUANG – MBADING », comme le fait "l’UNION", ce n’est nullement éclairer la lanterne de l’opinion, mais proférer un gros mensonge et distiller la confusion dans les esprits.

Pour celui qui sait voir, dans chacune des deux premières listes de l’opposition citées, chacun de regroupements politiques ou partis signataires est représenté par au moins un membre. Par contre, dans la troisième liste, le MESP qui est sensé en être l’auteur n’en a aucun. Comment le MESP pourrait-il être responsable ou pourrait-il même cautionner une liste dans laquelle il n’exprime aucune prétention ?

Le MESP est au nombre des partis politiques qui n’ont jamais vu leurs membres représenter le camp de l’opposition au bureau de la CENAP. Selon le principe interne de la rotation entre les partis, qui a prévalu jusqu’ en 2011 dans la désignation des représentants du camp, le MESP a le droit d’exprimer sa prétention à accéder à la jouissance de ce droit. Les partis de l’opposition le savent, du moins ceux qui sont nés avant 2009, particulièrement ceux qui n’ont pas fait la navette entre les deux camps. Le fait que, dans la liste en cause, il n’ait pas eu de représentant est la preuve qu’il ne s’est mêlé ni de près ni de loin à sa constitution.

Le MESP dément donc formellement avoir constitué ou cautionné une quelconque liste déposée à la CENAP, contrairement aux allégations de l’Union et met au défi cet organe de presse d’apporter la preuve du contraire.

Par contre, à la suite de la lettre n°004957/CENAP/ cab P/P, du 27 mars 2014 du Président reconduit de la CENAP, Monsieur René ABOGHE ELLA, lettre adressée aux partis politiques des deux camps, relative au renouvellement du bureau de la CENAP, le MESP a pris l’initiative d’écrire, en la date du 29 mars 2014, une lettre aux Présidents des regroupements politiques et partis politiques de l’opposition. Le but de la lettre était de solliciter, de l’esprit de principe et de la bonne volonté des destinataires, la tenue d’une réunion de concertation portant sur la désignation d’une liste commune des représentants de notre camp politique au bureau en question. De cette lettre furent ampliataires : le Président de la Cour Constitutionnelle, le Ministre de l’Intérieur et le Président de la CENAP.

Puis, le MESP a organisé et dirigé à son siège, en la date du 02 avril 2014, une réunion à laquelle ont pris part plusieurs partis politiques de l’opposition regroupés ou non regroupés. Suite à cette réunion, une lettre ayant pour objet le rejet de la liste envoyée par une partie de l’opposition a été adressée au Président de la CENAP. Il était ainsi affirmé que seule une liste consensuelle de l’opposition est valable et légitime et que toutes les listes qui ne sont pas le fait de toute l’opposition sont nulles et de nul effet.

L’initiative prise par le MESP vise, de toute évidence, à aider l’opposition à retrouver son esprit majeur d’antan sur une question, certes, aux multiples enjeux mais qui n’a jamais constitué une pomme de discorde aussi poussée qu’elle l’est depuis les élections locales dernières. Cette initiative est dans la droite ligne de la loi électorale qui demande à chaque camp politique d’envoyer à la CENAP, pour la constitution de son bureau, une liste commune de trois représentants et non des listes par groupes ou secteurs politiques d’un même camp. Cette loi, soit brièvement dit, aide à faire de l’opposition un être majeur ; s’en dessaisir revient à se donner pieds et mains liés au pouvoir en place ou à ses serviteurs. Le MESP, afin d’éviter ce mauvais sort, attend cette réunion, celle qu’elle a suscitée n’ayant pas mis ensemble la totalité des partis. Soit dit en passant, avec un peu de bonne volonté et d’esprit de principe, une telle réunion de tous les partis de l’opposition peut avoir lieu.

Quand se posent des questions d’intérêt national, ces partis politiques acceptent de rencontrer ensemble ou séparément le Président de la République dont chacun dit publiquement combattre le pouvoir et de discuter avec lui. Pourquoi, malgré les particularités politiques ou les divergences idéologiques, refuseraient-ils de se mettre un moment ensemble, pour régler un problème d’intérêt commun ?

Mais, pour revenir au sujet, l’initiative, dans son essence, vise aussi à donner force et crédibilité à la CENAP en respectant l’esprit de la lettre de son Président et en évitant à celui-ci une situation dans laquelle il serait amené ou poussé à prendre une décision qui serait une sorte de braise susceptible, tôt ou tard, de "mettre le feu à toute la plaine". Car, à l’envers de ce qu’avance "l’UNION" dans son entreprise de dénigrement de l’opposition, la question de la CENAP, aux yeux de l’opposition, n’est pas seulement financière ; elle est aussi et surtout juridique et politique. A – t- on oublié le rôle joué par la Commission Nationale Electorale (CNE) ou la CENAP avant, au cours et à la fin des élections passées ? Ne pense- t – on pas qu’aux prochaines élections, la CENAP sera un des anneaux de la chaîne des institutions qui feront la pluie ou le beau temps de l’opposition ou de la majorité ?

Les assertions de "l’UNION" concernant le MESP sont, donc, somme toute, manifestement une propagation de fausses nouvelles. Et, de ce fait, le MESP et son leader se réservent le droit d’ester en justice contre cet organe de presse qui s’est rendu coupable contre eux d’un acte de discrédit, de dénigrement et de manipulation de l’opinion, pour les avoir mêlés à une action contraire aux principes et qui leur est étrangère. Le MESP condamne, ipso facto, avec la dernière énergie, non seulement le criticisme outrancier de "l’UNION" contre l’opposition, mais aussi tout journalisme ambiant de pacotille, dont la propension est de faire usage de la modalité pathologique de la liberté et de la critique, qui consiste à inventer les faits et à dire n’importe quoi, dans le but de dénigrer et de brouiller la frontière entre le vrai et le faux ; au lieu, comme le journalisme authentique, de chercher la vérité à partir des faits et de pratiquer la critique de principe nécessaire à l’éveil des consciences, à l’instruction et à l’éducation : gages de la transparence, du progrès, du triomphe de la démocratie et de la justice.

Pour le Comité Directeur
Le Premier Secrétaire du MESP
Dr MOUANGA MBADINGA







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire