Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

dimanche 25 mai 2014

Gabon - UOB : Parole aux étudiants.




Par AG Le Journal Uob


Faisons un bref rappel de la situation qui prévaut à l’UOB. C’est en mai 2013 que les problèmes ont débuté en FDSE . En effet, les deux mutuelles ( CRED et Economique ) à la demande des étudiants avaient entamé des procédures en vue d’obtenir le sursis à exécution de l’article 10 du décret 340 du 28 février 2013 traitant du LMD dans les établissements d’Enseignements Supérieurs . À cet effet, le jeudi 20 juin ils organisèrent une Assemblée générale à la quelle prenait part le doyen de la faculté, Jean Claude James. Au sortir de cette AG, les étudiants de la FDSE avaient unanimement décidé de ne pas prendre part aux examens sous le régime dudit décret ( pour l’année en cours ) et une pétition de plus de 4000 étudiants avait été adressé au Doyen et au Recteur de l’UOB .Aussi, en vertu du respect du principe de parallélisme de forme et de compétence les Mutuelles avaient envoyé un courrier à Monsieur Seraphin Moudounga ( à l’époque Ministre de Tutelle ) afin qu’il prenne en considération les revendications des étudiants. Alors que les étudiants étaient en attente de la réponse du Ministre, le Doyen décida de lancer les examens du premier Semestre. Cette attitude du Doyen a excédé les étudiants qui s’étaient mobilisés le mardi 25 juin 2013 jour de début des examens. Pour calmer la colère des étudiants, les membres des mutuelles leurs avaient demandé d’opter pour un mouvement pacifique, c’est alors qu’ils initièrent un ‘’ sit-in’’. Ayant appris cela, le Ministre avait dans la même journée convoqué les deux camps. Au cours de la rencontre , le Ministre avait planté le décors en disant clairement que ce décret pris en milieu d’année était prévu pour l’année académique 2013-2014 et qu’il n’y avait pas lieu d’un quelconque débat ou mouvement d’humeur. Par ailleurs il avait donné des instructions fermes aux Mutuelles, à savoir la rédaction des lettres d’excuses à l’endroit du Doyen, du Recteur et du S.G de l’UOB, ramener l’accalmie au sein de la faculté et passer les examens sans s’inquiéter du décret ( les étudiants avaient suivi à la lettre toutes les instructions). De retour à la faculté, le Doyen décida de traduire en Conseil de Discipline certains membres des Mutuelles et plusieurs autres étudiants (68 en tout). Les membres des Mutuelles répartirent voir le Ministre qui à nouveau convoqua les responsables de l’UOB. Le ministre a été clair sur la question des Conseils de Discipline : ‘’ JE NE VEUX PAS ENTENDRE PARLER DE CONSEIL DE DISCIPLINE ET SI UN SEUL ETUDIANT EST EXCLUT JE NE M’APPELLERAI PLUS MOUNDOUNGA ‘’.De retour à l’UOB le Doyen James a traduit 32 autres étudiants portant ainsi la liste à plus de 100 étudiants affirmant qu’ayant été nommé par décret présidentiel il n’avait pas de compte à rendre à quelque Ministre que ce soit. Malgré cette mauvaise foi du Doyen les étudiants ont sagement retiré leurs convocations et assisté au Conseil de Discipline (qui avait siégé à partir du 16 juillet 2013). Certains étudiants avaient complètement refusé la tenue du conseil avouant que ce dernier, arbitraire visait à exclure les Membres des Mutuelles élus par les étudiants, parmi ces étudiants l’on comptait BIBANG BI MVE (Licence 3 Droit) membre de la majorité Silencieuse* et président du Club LMD*. Fin juillet l’étudiant Bibang fut également traduit en Conseil de discipline et début septembre il fut définitivement exclut non seulement de l’UOB mais de toutes les Universités Francophones partenaires. Ne comprenant pas cette dictature en devenir, les étudiants sous l’impulsion du Mouvement Etudiants Conscient* mené par son président Firmin OLLO Obiang avaient décidé de dénoncer la situation que vivaient les étudiants de la FDSE. L’UOB avait été paralysé durant des jours et les autorités politiques (S .G du parti Démocratique Gabonais et l’Ancien premier Ministre) saisis de la question. A la demande des autorités, le calme était revenu et le Doyen confirmé. Surprise totale James frappe à nouveau, il traduit le président de l’Etudiant Conscient*, Firmin Ollo Obiang et Dropsy Ngoye (l’étudiant fusillé par les bérets rouge y a moins d’un mois) en Conseil de Discipline. Une lettre Ouverte affichée à l’époque demandait aux étudiants de se mobiliser au lieu du Conseil. Mais à la veille de la tenue du Conseil Firmin Ollo Obiang avait été enlevé au boulevard puis conduit dans les geôles de la ‘’DGR’’, après une semaine de détention il avait été conduit devant le procureur puis relaxé faute de preuves le culpabilisant. En outre, malgré le fait d’avoir été blanchit par le Tribunal, le décanat de la FDSE avait statué par défaut. De même les Membres des Mutuelles, avaient continué à poursuivre les Activités au sein de la faculté dans un climat de sérénité (pensant qu’avec l’intrusion des politiques le Doyen laisserait tombé les Conseils ) , ils supervisèrent même les inscriptions des nouveaux bacheliers et envisageaient une année académique prochaine très calme. Mais contre Toute attente, le 06 Janvier, soit jour de rentré de l’année 2013-2014 le Doyen affichait les décisions de tous les Conseils qui s’étaient tenus en 2013. Les décisions se soldaient par des excluions. Ainsi les étudiants qui demandaient la réhabilitation des membres de leurs Mutuelles avaient écopé des exclusions définitive de l’UOB (FIRMIN OLLO OBIANG, DROPSY NGOYE ET BIBANG BI MVE) .Aussi les présidents des Mutuelles eurent 5 ans d’Excluions et les autres membres écopèrent respectivement de 2 ans, 18 mois, 6mois et des blâmes avec Inscription aux dossiers. Très vite la colère a gagné les étudiants et ils voulurent entamer un Mouvement d’Humeur. Les membres des Mutuelles demandèrent aux étudiants de garder le Calme en attendant l’épuisement des procédures, c’est alors qu’ils envoyèrent un courrier au Ministre de tutelle lui informant du non-respect de ses instructions par le Doyen James, mais quelques jours plus tard Moundounga fut nommé Ministre de la Justice et Confia le Dossier au Directeur de l’Enseignement Supérieur(qui a gardé silence). Ensuite au niveau de l’UOB , tous les étudiants exclus rédigèrent des Recours (en janvier 2014) auprès du rectorat en vue d’obtenir l’annulation des décisions arbitraires prononcées par le doyen James. Le conseil d’Université présidé par le Vice-Recteur de l’UOB , Jean Jacque EKOMIE s’était tenu du 26 février au 5 mars 2014 ; les étudiants avaient été entendus mais aucune preuve les culpabilisant n’avaient été apporté par le Décanat de la FDSE , ce qui d’ailleurs avait indigné le Vice-recteur. Après la tenue les étudiants se sont approchés de leur décanat et du Rectorat. Au niveau du Rectorat, Monsieur Serge Loungou , Conseiller du Recteur avait dit aux étudiants frappés d’exclusions ce qui suit : ‘’ le recours a un effet suspensif de la décision , de ce fait vous pouvez vous inscrire et suivre les enseignements jusqu’à la délibération du Conseil d’Université’’. Au niveau du décanat, le doyen avait invité les membres des Mutuelles à observer le calme et que pour leurs pacifismes ils seraient relaxés. Ainsi, les étudiants exclus ont pu faire l’inscription académique (avec Obtention de Carte d’Etudiant de l’Année en Cours) et l’inscription pédagogique (avec obtention de l’Attestation de Scolarité délivrée par le décanat de la FDSE). De plus, ils ont vu leur nom apparaitre sur les listes des ‘’travaux dirigé’’, d’Examen et autres évaluations. Ils étaient donc en attendant les décisions considérés au même titre que les autres étudiants. Toute fois à partir du 10 Mars, la Ligue Estudiantine de Droits de l’Homme menée par son Président Nang Anatole Mezui avait dénoncé l’implication d’Airtel Gabon dans le processus d’Inscription à l’UOB et la Réhabilitation des étudiants exclus par James. Des séries de négociations avaient été initié entre la Ligue et le Rectorat mais elles se sont soldées par des échecs et surtout des menaces personnelles du Recteur à l’endroit du président de la LIGUE. Début avril 12 membres de la Ligue ont été traduits en Conseil de Discipline dont deux de la F.L .S.H et 10 de la FDSE. Réunis en AG sous l’arbre à Palabre les étudiants de l’UOB décidèrent qu’il n’y aurait plus de Conseils de Discipline ou d’Excluions pour des étudiants qui auraient revendiqué des meilleures conditions d’études. Sur le coup, le Doyen de La FLSH décida d’annuler le Conseil des étudiants de sa Faculté mais le Doyen James s’est entêté à tenir coute que vaille celui de la FDSE. Dans la même foulé le Recteur via des étudiants dont nous taisons les noms pour l’instant a voulu fragiliser la LIGUE en distribuant plus 150 000 cfa aux membres afin qu’ils laissent le président seul ; les membres ont pris l’argent et ont tout dénoncé en AG sous l’arbre à palabre. Toujours dans une Logique de déstabilisation de la LIGUE , le Doyen James Via un membre du personnel ATOS (AMBOUROUET AMBROISE) devenu son directeur de Cabinet a proposé 500 000 cfa à un membre de la mutuelle du département d’Economie afin de faire une déclaration contrant la Ligue. De plus, un collectif d’Etudiants a rencontré quelques membres de la mutuelle de Droit afin de rappeler au président de la LIGUE qu’il est un étudiant du département et qu’il devrait suivre la logique du bureau du CRED ; les membres des mutuelles ont refusé de s’inscrire dans une logique de nuire à des étudiants comme eux. Pire encore, il a été proposés aux étudiants exclus de signer un Engagement en contrepartie de leurs Réhabilitation, ils ont Catégoriquement refusé et dénoncé cette attitude. De l’autre coté la Ligue intensifiait le Mouvement d’humeur et le 23 avril le Ministre de l’Enseignement Supérieur rencontra les différents leaders (Ligue , Etudiants Conscient, Welcome Day, Club LMD,Fer,Majorité Silencieuse et Conseil des Mutuelles de l’UOB) en présence des autorités de l’UOB et de l’ANBG ( voir compte rendu dans nos articles). La rencontre avait débuté à 16 heures et pris fin à 2heures du matin, à la fin de la Rencontre le Ministre a vu en privé le Recteur et son conseiller Serge Loungou, en suite il a discuté avec le président et vice-président du CRED à qui il a demandé de rencontrer immédiatement le Conseil du recteur s’agissant du cas des exclusions. Le lendemain les étudiants exclus ont rencontré ledit conseiller qui leurs a dit que le Ministre n’avait donné aucune instruction particulière au Rectorat. Les étudiants sont repartis au Ministre et ont fait le résumé au Directeur de Cabinet du Ministre qui a traité le Conseiller de Menteur. Début Mai, soit 11 mois depuis leurs traductions en conseil et 3 mois après leurs passages en Conseil d’Université les étudiants n’étaient pas encore situés sur leurs cas ; ils ont passé sans problèmes les examens du premier Semestre. Mais pendant la période de correction des examens, le Doyen afficha le règlement des Examens de la Faculté et en ses articles 6 et 10 il est clairement dit que les étudiants exclus ne sont pas autorisés à passer les examens et à s’inscrire. Pris de colère en voyant la mauvaise foi du Doyen qui leurs avait dit de s’inscrire et passer les examens alors qu’il connaissait l’existence du règlement, les étudiants concernés sont allés au rectorat et ont leurs a clairement dit que l’attitude du Doyen était incompréhensible. Le rectorat a demandé aux étudiants d’être calmes et patient. De retour en faculté, le Doyen a affiché les résultats du premier semestre et certains des étudiants exclus avaient leurs noms sur les listes (validation pour beaucoup) et d’autres pas. Ne comprenant pas ce jeu, les étudiants ont écrit au vice-Recteur demandant la publication des décisions du Conseils d’Université tenu en Février 2014 (il leurs a dit que le conseil n’avait pas d’injonction à recevoir des étudiants), au Recteur (qui n’a Jamais répondu). Après 11 MOIS DE ROUTINE, les étudiants écrièrent y a plus de deux semaines au Ministre de Tutelle lui informant qu’ils n’accepteraient Jamais de passer deux années blanches pour satisfaire les caprices du Doyen James, ils ont même adressé une Demande d’Audience qui n’a jamais eu de réponse. Toujours dans une logique de défiance, deux jours avant la tenue des rattrapages, le Doyen a fait nettoyer le fichier contenant les procès-verbaux de délibérations des examens et retirés les noms de ceux qui avaient vu leurs résultats. Les étudiants toujours calme ont rencontré leurs chefs de départements qui ont clairement dit qu’ils ne s’inscrivaient pas dans la logique du doyen et que y’a pas de Raison qu’ils soient exclus. Après toutes les procédures légales, après des médiations politiques le Doyen n’a en aucun moment voulu un climat de sérénité au contraire il a tout fait pour embraser la FDSE (il a même fait fermer les Mutuelles alors que d’autres membres y travaillaient). Dimanche en après-midi, les Mutuelles, la Ligue et l’Etudiant Conscient se sont retrouvés et ont décidé ensemble de demander la REHABILITATION IMMEDIATE ET COMPLETE DE TOUS LES ETUDIANTS ARBITRAIREMENT EXCLUS PAR JAMES, CEUX SANS QUOI RIEN NE FONCTIONNERA EN FDSE. Lundi 19 , jour du début de sessions de rattrapages la COALITION formée la veille est allé rencontrer le Doyen dans son bureau et lui demander gentiment de sortir du décanat et rentrer chez lui en attendant la réhabilitation des exclus. Le doyen a dit aux étudiants qui étaient dans son bureau qu’il ne sortirait pas, les étudiant l’on laissé et sont sortis faire état de la situation aux étudiants qui attendaient les épreuves dans les salles. Après avoir écouté les leaders, les étudiants ont libéré d’eux-mêmes les salles toute en manifestant leur solidarité à la COALITION. Voyant cela, le Doyen est descendu de son bureau et a appelé les forces de l’ordre qui sont arrivés manu militari. Dès qu’ils sont descendus de leurs véhicules, le doyen qui les attendait leurs dit : ‘’ ils sont là, tabassez-les ‘’, le Lieutenant responsable de la troupe n’a pas cédé est allé vers les étudiants. Après avoir écouté les étudiants, il a dit à ses éléments de rester tranquille. Le doyen déçu est allé vers les étudiants les invitants à taper sur leurs Leaders, les étudiants ont crié sur lui. Quelques minutes plus tard alors que les étudiants étaient assis une autre équipe des forces de l’Ordre est arrivée saluant le Doyen tel un militaire, ensuite le Doyen a pointé du Doigt sur certains des leaders qui n’ont pas hésité à recevoir des coups de ‘’MATRAQUES‘’ sans aucune discussion préalable. Dans la mêlé deux membres de la Mutuelle de Droit ont été embarqué au gros bouquet puis tabassé par près de 20 gendarmes. Ayant remarqué leur absence, les étudiants qui étaient déjà en colère se sont assis devant le décanat de la FDSE demandant le Retour de leurs Camarades ce sans quoi le Doyen James ne sortirait pas de l’UOB ; près de Deux heures plus tard, les deux étudiants ont été ramené à l’UOB et sous escorte James sorti de l’UOB. C’est en sortant que son véhicule a reçu quelques pierres (notons que James était dans une des JEEP de la Gendarmerie et que c’est un Gendarme qui conduisait son véhicule). Donc, nous disons que James a raconté des Mensonges à Gabon Tv (ce qui ne nous étonne point lol) , passez faire un tour à l’UOB aucun bâtiment n’a été cassé , aucune voiture brulée ( on ne peut pas casser nos acquis) , aussi le SG.A de l’UOB parle de probable poursuite Judiciaire ( très amusant ). Jeudi 22 Mai de 10 heures à 16 heures un Conseil Rectoral s’est tenu. Le doyen James dit : ‘’ on doit revoir la peine à la hausse pour Tous ‘’ il ajoute ‘’ qu’Aucune exclusion ne sera revue peu importe si les cours ne reprennent pas’’. Le professeur Etienne Nsie , Vice-doyen de la FDSE et vice-président du SNEC rétorque en disant : ‘’ frappons davantage , ils vont se diviser . En colère, le DOYEN de la FLSH s’est jeté sur James en lui rappelant que la FLSH a laissé tomber les Conseils et pourquoi lui s’obstine ? James rétorque en disant que ce sont des tricheurs. Les membres du Conseil n’avaient pas des bonnes informations sur la situation, le décanat de la FDSE leur a juste dit que les Enseignants étaient en insécurités et que le Doyen avait été séquestré ; Mais un enseignant, Chef de département en FLSH a brandit plusieurs documents fournis par les étudiants avec toutes les preuves de leurs bonnes foi et du suivi de toutes les procédures de leurs parts. Le Doyen a tout nié traitant les étudiants de menteurs. Et ce même chef département a proposé aux Conseils Rectoral d’appeler les étudiants pour une Confrontation de versions mais le recteur a refusé. L’enseignant étant du groupe Ekangs (Fangs), James affirme qu’il soutient des fangs comme lui dans leurs objectifs visant son poste de Doyen. Mais ce qu’on oublie de dire c’est que y a des fils du Haut-ogouée , de l’Ogouée-LOLO , Ogouée-Maritime,Moyen-Ogouee , parmi les exclus , alors pourquoi parler uniquement des fangs ? James faute d’argument verse dans le Tribalisme et ceci pourrait engendrer de graves conséquences pour le Pays. Sans trop de commentaire, nous invitons le président de la république à prendre ses responsabilités. De plus chers Enseignants chercheurs ne soyez pas de Moutons, réfléchissez, analysez et surtout écoutez avant de suivre aveuglement James et son ami Etienne Nsie qui est vice-président du SNEC , en effet un enseignants nous informe que le mouvement du SNEC n’est qu’une ‘’masscarade’’ en vue de soutenir James. Le SNEC tomberait-il si bas ? Des étudiants de l’UOB se préparent à faire un Contre Mouvement, les Camarades ne jouez pas avec un Homme qui n’a plus Rien à perdre, Restez à l’écart si vous ne pouvez pas soutenir vos Condisciples. Aux autres Etudiants de l’UOB , Manifestez votre Solidarité car demain ça pourra vous arriver , l’Objectif n’est pas de baigner dans des actes de violences mais si les gendarmes nous provoquent nous riposteront dans le cas Contraire nous attendrons sagement la REHABILITATION TOTALE DE TOUS ETUDIANTS EXCLUS ARBITRIAIRMENT PAR JAMES. Monsieur le président « La grandeur d’un homme dépend du sens qu’il a de ses responsabilités et de sa manière particulière de les assumer ». Au regard de tous ces points développés, Etudiant que fais-tu ? Le révérend Desmond TUTU disait : « En situation d’injustice, si tu gardes le silence c’est que tu es du côté de l’oppresseur ». Dans ce même élan, Franz Fanon préconise que : « Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, l’accomplir ou la trahir ». La solidarité estudiantine a frappé fort Lundi , nous n’Allons pas laisser nos condisciples être exclus arbitrairement.

Hasta la victoria…

Source : https://www.facebook.com/groups/649149165099224/permalink/864031563610982/






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire