Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

mercredi 14 mai 2014

INFO - INFO - INFO Gabon: Grève des agents de la marine marchande




Par  Junior Doumbouyou Kany Tchissambo.

  La marine marchande connait depuis ce matin, une grève illimitée au siège du ministère de la défense. 

  Ce matin de bonheur, alors que j'étais en plein exercice sportif; j'ai aperçu une banderole sur le portail du ministère de la défense; banderole sur laquelle était inscrit: "Satan sors de ce ministère". A coté se trouvait des compatriotes grévistes et agents de la marine marchande qui étaient assis à même le sol.  L'un d'entre eux était en échauffé avec les agents de police et de la Garde Républicaine qui, comme d'habitude sont envoyés pour matraquer les paisibles citoyens qui ont pour le péché de revendiquer leurs droits pourtant légitimes.


   Me rapprochant de l'un d'entre eux pour m’enquérir de la véritable situation, ce dernier me conduisit chez leur Secrétaire Général qui me révéla les raisons de ce mouvement d'humeur.  " nos revendiquons : le paiement intégral de nos primes de rendement, de nos primes de contrôle ainsi que nos trois mois de salaire impayé" A-t-il pu résumé. 

     Le triste constat ici fait, est celui de voir à quel point le Gabon et ses gouvernants qui se réclament pourtant prôner l'état de droit, sont les premiers à avoir des comportement déviants par le matraquage ou en s'érigeant maladroitement dans l'envoi des policiers lors des manifestations pacifiques et dont le code du travail, le pacte international des droits civils et politiques, la déclaration universelle des droits de l'Homme, ratifiés par le Gabon ainsi que les dispositions de notre constitution qui garantissent les libertés fondamentales.  
  
   Après tumulte vacarme de la part des grévistes en majorité composés de femmes, les policiers et militaires de la GR se sont retenus d'exécuter les ordres qui auraient reçu pour mettre fin au mouvement d'humeur.  

     Le travailleur gabonais fait trois mois sans salaire dans un pays où on dépense des milliards pour organiser un forum dans les tous prochains jours.   Honte aux autorités de la République, honte à Ali Bongo.   

  Mon passeport est toujours séquestré au commissariat central de Libreville. La tyrannie d'Ali Bongo n'est plus à démontrer.  Wait and see!!   

   






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire