Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

vendredi 27 juin 2014

MON KONGOSSA : Pascaline BONGO vire Ali'9 de sa fonction...




A la demande de certains membres de la famille et alliés de feu OBO se sont tenues, à l'absence d'Ali'9, plusieurs réunions du conseil de famille afin de statuer sur l'avenir du règne de leur pouvoir au Gabon. Si lors des 1ères réunions de ce conseil "secret", tous ce sont félicités de la réussite de la transition en 2009 aujourd'hui l'avenir à leurs yeux ne semble pas être en confiance. Le membre du clan désigné lors de la présidentielle anticipée de 2009 pour garantir la pérennité du régime BONGO-PDG, ses acquis et les intérêts de leurs alliés, fait craindre le pire et son mode de gestion du pays attirerait la malédiction Mobutu.

En concertation avec les réseaux françafricains, la solution à ce mauvais présage, il a été décidé de la substitution d'Ali'9 dans toutes ses fonctions actuelles par un autres membres du clan. De la liste des potentiels substituants trois d'entre eux avaient retenus l'attention au vu de leur aura au sein du pays. Il s'agissait de André MBA OBAME, de Paul TOUNGUI et de Jean PING.



  • André MBA OBAME fut écarté de la liste d'abord pour ses origines, les membres du conseil craignant une colonisation de son ethnie sur l'ensemble du pays puis le caractère trop nationaliste de ces derniers faisant peur au retour d'une certaine idéologie "Gabon d'abord" stoppée dans les années 60 avant sa maturation. Ensuite, il y a ses problèmes de santé... qui ont contribué à le disqualifié.



  • Paul TOUNGUI quant à lui, ses origines altogovéennes et sa filiation "matrimoniale" avec Pascaline BONGO ont pesé trop négativement sur sa personne. En fait, les membres du conseil ont tenu compte de la longévité du nom BONGO au pouvoir désormais problématique au sein du peuple gabonais et même à l'extérieur. Son avènement au palais du bord de mer de Libreville confirmerait une fois de plus le caractère monarchique de la République Gabonaise. Il fut aussi disqualifié.



  • Jean PING quant à ce dernier, ses origines marigovéennes, son carnet d'adresse au sein de la classe politique du pays et ses relations à l'extérieur et surtout ses liens de sang avec les BONGO ont fait de lui le choix du clan ainsi que du réseau françafricain après de fortes consultations jugées très positives auprès de certains de ses futurs collègues de présidents africains.


Suite à ce qui précède, Robert Bourgi fut  (1) chargé d'annoncer officiellement le divorce et le futur limogeage avec Ali'9 et déclara pour le confirmer de sa façon "subliminale" ne pas reconnaître feu OBO dans celui qui gouverne le Gabon depuis 2009 et  (2) d'aider le nouveau oint du clan...

Par ailleurs, le clan a décidé aussi de faire mourir pour le faire ensuite renaître tout comme un phénix, le parti démocratique gabonais ( PDG ) en procédant par le rappel de tous ceux qui en sont sortis ainsi que de ses pourfendeurs dans une super structure qui naîtra comme un parti radical de l'opposition portant tous les "espoirs" du peuple. Et dans un 1er temps les membres influents du clan le soutiendront dans l'ombre puis le rallieront officiellement... ainsi le PDG mourra pour survivre. 


Affaire à suivre ôôô...









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire