Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

mardi 10 juin 2014

Mr. L'usurpateur nôtre pays n'est pas un état de droit...


Tous les crimes sont universellement punis dans toutes sociétés qui se respectent. 


Qui est, qui sont responsables des morts de Port-Gentil en 2009? Pourquoi n’est-il pas ou ne sont-ils pas arrêtés ? Quel est ce pays ou on tue et agresse les gens et personne n’est arrêté? On détourne des fonds publics et personne n’est inquiété. On viole nos filles nos sœurs et personne n’est inquiété.

Le Gabon n’est pas un état de droit. Le droit a été violer au plus haut sommet de l’état Gabonais.  Je m’explique : usurper un pouvoir n’est ce pas un acte criminel ? Aller à l’encontre par les armes et la force du choix de la majorité des Gabonais n’est ce pas un acte criminel ?  Couper les salaires des hommes et des femmes tout simplement parce qu’ils ont une autre vision du Gabon que le pouvoir usurpé en place n’est ce pas un acte criminel ? Détourner massivement des milliards de francs CFA du contribuable Gabonais pour s’acheter des châteaux en France et des villas somptueuses aux US n'est ce pas un acte criminel ? Lorsque de nombreux Gabonais ont du mal à se loger, lorsque des Gabonais vivent dans la précarité la plus absolue, ses actes ne sont-ils pas criminels ? Dépenser $25 millions de dollar dans une université américaine lorsque toutes les structures éducatives de notre nation sont inadéquates pour former l’élite du Gabon de demain, n’est pas la un acte criminel ? Falsifier un document administratif tel qu'un acte de naissance n'est ce pas la un acte criminel ? Licencier économiquement des hommes et des femmes qui ont travaillés toutes leur vies et refuser de payer leur droit pendant des années, n’est pas la un acte criminel ?

Ne l'oublions jamais que même dans la triche dans le paroxysme de l'usurpation, l'usurpateur n'avait obtenu que 42% des voix donc 58% des Gabonais ne se reconnaissaient pas en Ali Bongo Ondimba. Il n'a  donc pas de légitimité pour gérer et contrôler le Gabon comme bon le semble, il n’a pas été mandaté par les gabonais. L’humilité aurait voulu qu’il écoute, rassemble, et accepte la conférence national souveraine,  il a opté pour l’oppression, la terreur et l’intimidation. Je suis « Franck Jocktane » et j'assume mes mots.



 Trop c'est trop.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire