Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

mardi 29 juillet 2014

MON KONGOSSA : Un PDGiste meurt empoisonné ?




Dans ce pays au régime dictatorial BONGO-PDG la disparition des effectifs des vivants de la terre pour l'au-delà d'un membre de la cité gabonaise, depuis des décennies n'est pas toujours classée tranquillement voir paisiblement dans les dossiers de mort pour causes naturelles car à tord ou à raison les décès ont souvent des "commanditaires". Aujourd'hui, suite au décès d'un ex-parlementaire et membre du Parti Démocratique gabonais ( PDG ) certaines révélations ou soupçons viennent troubler le "repos éternel" de ce dernier que par simple discrétion nous tairons de citer le nom. 

Encore vivant, les derniers moment de sa vie sur terre furent marqué par sa triste spectaculaire  sortie de l'anonymat pour devenir mondialement connu comme "commanditaire" d'un crime avec "ablation" d'organe à but fétichiste communément appelé Crime Rituel. Accusé lors d'un procès quelques années avant son décès par un homme qui prétendait avoir été mandaté par  lui, l'ex-parlementaire du PDG aujourd'hui décédé pour n'avoir pas répondu physiquement à une convocation du juge d'instruction chargé de l'affaire dans laquelle il était accusé, se verra écroué à la prison centrale de Libreville.

Aussi, l'ex-parlementaire du PDG se sentant abandonné par sa famille politique au pouvoir tentera d'attirer leurs attentions sur sa situation par la menace de "tout dire" ce qui fut après analyse une erreur qui lui a peut etre été fatale ? Ainsi suite à sa menace comme réponse, il eut la visite d'autres détenus comme lui visiblement animés comme par "magie" d'un esprit de justice pour venger la fillette dont l'ex-vénérable était soupçonné d'etre le commanditaire de son barbare-assassinat.

Après ce triste épisode entre geoliers dont il eut la vie sauve que grace à l'intervention de ses "aides-camps" de co-détenus, l'ex-vénérable du PDG opta pour un cri d'appel à la piété lancé en direction de ceux qui désormais l'en voulaient et exigeaient son silence immédiat à tout prix... Alors, masqué sous forme de "menace de suicide" sur sa propre personne, son cri fut lancé. Et de façon subliminale son accusateur retira ses accusations puis le justice le blanchi et le relacha en homme libre.

Quel était le secret que menaçait de dévoiler l'ex-parlementaire du PDG aujourd'hui décédé ?

Si par miracle le décès par empoisonnement comme soupçonné par certains, de l'ex-vénérable du PDG venait à etre confirmé par les autorités compétentes, il serait sage pour chaque PDGiste possédant un secret compromettant ...d'éviter de commettre l'erreur de leur "ex-camarade" décédé et de connaitre le meme sort. Aussi, pour ceux tentés de se vétir de l'habit du "repenti" le seul moyen efficace de tuer "l'omertà" et de reconquérir sa propre liberté reste la fin définitive de la "societa onorata" aux bons entendeurs...

Pour l'heure, Vénérable
 reposez en paix  !









1 commentaire: