Débats Informations Echanges, dire la vérité rien que la vérité dans le respect de l'autre de sa dignité de ses idées et opinions. Nous sommes tous parents alors n'y a rien que l'on ne puisse se pardonner pour le bonheur de tous ensemble, unis nous vaincrons pour GABON D'ABORD.

samedi 11 octobre 2014

Gabon - le 16/10/2014 : S.O.S leaders estudiantins de l'UOB en danger de mort...



"La jeunesse est sacrée" du père fondateur du régime BONGO-PDG qui gouverne le Gabon depuis le 28 novembre 1967 par la prise de pouvoir du jeune Albert Bernard BONGO devenu Omar BONGO ONDIMBA avant sa mort en 2009, se révèle être "la jeunesse est sacrifiée". Pour cause, du père au fils aujourd'hui, notre petit El Hadj Ali'9, les cris de revendications de la jeunesse d'hier restent celle d'aujourd'hui et ayant les mêmes réponses des mêmes personnes aux mêmes méthodes de gestion du pays. Bilan 47 ans de promesses n'ont réalisé, 47 ans de "chicots" et de "cachots"; et sans changement avec le fils BONGO ONDIMBA nouveau prophète de l'émergence horizon 2025. Notre petit El Hadj Ali'9 en enfant gâté aimant porter l'uniforme militaire sans l'être lui-même et en faux docteur en droit, a transformé l'université Omar BONGO (UOB ) en camp militaire d'abord par les bâtiments  futuristes construits par lui-même et par  une présence 24/24 des hommes en rangers. A l'UOB, il ne manque plus que la levée des couleurs nationales chaque matin !..


C'est dans ce contexte que des jeunes à l'exemple de Firmin OLLO OBIANG, ingurgité dès leur naissance par le lait présidentiel "la jeunesse est sacrée" ont cru utile de faire des légitimes revendications sur les conditions d'études au sein de l'UOB, leur situation sociale et autres qui eux ce sont révélés  être des crimes de lèse-majesté envers son Excellence El Hadj Ali BONGO ONDIMBA, notre petit El Hadj Ali'9. Ainsi depuis plusieurs mois  deux leaders estudiantins sont incarcérés pour :«...avoir détruit un véhicule appartenant au doyen de la faculté de droit et sciences économiques, lequel d’ailleurs lui a porté plainte - parlant de l'étudiant Firmin OLLO OBIANG - On lui reproche aussi d’avoir troublé en quelque sorte l’ordre public, d’avoir occasionné des troubles à l’Université.» Si officiellement les leaders estudiantins n'ont pas affaire à notre petit El Hadj Ali'9, la persistance de leurs actions revendicatrices ont non seulement relevé les graves dysfonctionnement de gestion de l'administration BONGO-PDG au pouvoir mais aussi les mensonges sur l'efficacité des politiques appliquées par ces derniers, d'où la douche chaude sur l'utopiste émergent en chef.

La vie des leaders estudiantins est-elle en danger ?

Sur la base des arrestations pour des faits assez troubles - sans preuves - car le juge d'instruction "...est encore en train de mener une enquête pour savoir si monsieur OLLO a effectivement posé les actes qui lui sont reprochés"  aux dires de l'avocate de l'accusé et sur la base de preuves détenues par les étudiants eux-mêmes de refus des propositions faites par le parti au pouvoir PDG  "Nous avons une preuve palpable, un enregistrement qui atteste cela." et l'affirmation selon laquelle  "Le juge d’instruction qui a mis Firmin sous mandat de dépôt est un ancien étudiant du doyen James. Ce dernier n’ayant apporté aucune preuve de ses accusations masquées, a longuement discuté avec son ancien étudiant dans le bureau: nous ignorons le deal qui s’est effectué " nous pouvons nous aussi affirmer que la vie de ses étudiants est en danger, leur avenir incertain dans ce pays où tous les pouvoirs sont maîtrisés par le régime BONGO-PDG dirigé par notre petit El Hadj Ali'9.

 Pour l'instant sur le plan physique rassure l'avocate de Firmin: «Il se porte quand même bien. Je sais qu’à un moment il se plaignait d’une blessure à la cuisse, mais ça va mieux maintenant». C'est dans ce contexte de menace et de terreur que notre petit El Hadj Ali'9 sans avoir cherché à élucider l'affaire des assassinats post-électoraux  issus des contestation des résultats qui l'avaient confirmé "élu" par le peuple gabonais et sans avoir usé de sagesse pour éteindre les flammes de réelles et légitimes revendications de la jeunesse gabonaise que ce faux docteur en droit va fêter son élection fausse comme l'acte de naissance qu'il avait utilisé dans son dossier de candidature à la présidentielle anticipée de 2009, fausse comme son curriculum vitae et sa filiation génitale avec feu Omar BONGO ONDIMBA.

Alors en prélude à cette lugubre célébration jetant l'opprobre sur la République Gabonaise pour magnifier une dynastie étatique sur base de dictature, nous vous invitons citoyennement à célébrer, le 16 octobre 2016 la 2ème journée nationale du sang des citoyens patriotes et des larmes versées dont le thème cette année est : Les tribulations des étudiants gabonais.




1 commentaire:


  1. I am in fact grateful to the owner of this site who has shared this impressive paragraph at at this time. google mail sign in

    RépondreSupprimer